Laurent CASTAINGT

Laurent CASTAINGT

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Très tôt, Laurent Castaingt se destine aux techniques du spectacle et plus particulièrement à celles de la lumière. Depuis plus de 25 ans, il partage ses activités entre théâtre et opéra, cherchant toujours à diversifier les genres. Ses collaborations sont multiples mais son travail se développe surtout autour des metteurs en scène Alfredo Arias, Bernard Murat, Jean-Claude Berutti, René Loyon, Jean-Claude Auvray, Richard Brunel et, bien sûr, Jean-Louis Grinda, avec lequel il poursuit depuis plusieurs années une collaboration étroite et riche. Avec lui, il a collaboré à la production de Die Fledermaus, Mefistofele, Rigoletto, La Traviata, Lʼenfant et les sortilèges, La Navarraise, Amica, Don Giovanni, Falstaff, Ernani ou encore Das Rheingold. On le retrouve aux côtés de personnalités aussi diverses qu’Hideyuki Yano, Karel Reisz, Roman Polanski, Alain Delon, Gérard Desarthe et François Marthouret, Sylvie Testud, Laure Duthilleul, Madeleine Marion, Pierre Barrat et Marie-Noël Rio, Pierre Ascaride, Stephan Grögler, Michèle Bernier ou Vincent Delerm pour n’en citer que quelques uns.

Ses recherches sur la matière lumineuse, l’espace et la Nature ont donné lieu à une installation pour le Festival Arbres et Lumières de Genève nommée Écorces Vives, ainsi qu’à une collaboration avec le dessinateur François Schuitten pour Planet of visions dans le cadre de l’Exposition Universelle de Hanovre 2000. Son travail sur la lumière et lʼespace l’a également conduit à créer les scénographies de certains spectacles dont Les contes d’Hoffmann à Monaco et à Hong-Kong ainsi que Duello amoroso à Monaco et à Bordeaux en collaboration avec Jean-Louis Grinda ; Transformations de Conrad Suza et Postcards from Morocco de Dominick Argento avec Elsa Rooke ainsi que A midsummernight’s dream, Reigen au CNSM de Paris et Salome à Monaco, Liège et au Volksoper de Vienne avec Marguerite Borie.

Récemment, il signe les lumières de La porte à côté avec la mise en scène de Bernard Murat, Le silence du Walhalla avec Richard Brunel, Un ballo in maschera aux Chorégies dʼOrange avec Jean-Claude Auvray qu’il avait déjà eu l’occasion de côtoyer pour Cavalleria rusticana et Pagliacci, la création mondiale de Re Orso à l’Opéra Comique de Paris avec Richard Brunel, Dom Juan et Je préfère quʼon reste amis avec René Loyon au Théâtre Antoine, Werther avec Laurent Fréchuret, Carmen ainsi que La Damnation de Faust avec Frédéric Roels. Il travaille également sur Castor et Pollux avec Christian Schiaretti, King-Kong Théorie de Virginie Despentes dans une adaptation scénique dont il signe la scénographie avec Vanessa Larré et Un dîner dʼadieu avec Bernard Murat.

Laurent Castaingt a été nommé trois fois aux Molières pour la meilleure lumière.