Stéphane COTTIN

Stéphane COTTIN

S Cottin recadré pour site

Stéphane Cottin mène, depuis plus de vingt ans, une carrière singulière et protéiforme dans des univers théâtraux très variés. Son tempérament de « touche-à-tout » et le hasard des rencontres l’ont en effet conduit à tenir un grand nombre de postes du spectacle vivant, au sein de nombreuses productions.
Acteur, créateur lumière, créateur sonore, vidéaste, il profite de chaque expérience pour enrichir une approche globale de l’artisanat théâtral sur lequel se fonde son travail de metteur en scène. Il a notamment mis en scène «Les Combustibles » d’Amélie Nothomb au Théâtre Daniel Sorano de Vincennes et au festival d’Avignon , « Marco Polo et La Princesse De Chine », un opéra pour chœur d’enfants d’Isabelle Aboulker au CREA-centre d’éveil Artistique d’Aulnay sous Bois, la pièce musicale « Les Indifférents » au théâtre de l’œuvre ainsi que « Les Cancans » de Carlo  Goldoni au Théâtre 13. En collaboration avec José Paul, il met en scène plusieurs pièces : « L’un dans l’Autre » de Marc Fayet au Petit Théâtre de Paris, « Sans Mentir » de Xavier Daugreilh au Théâtre Tristan Bernard et « Qui est Monsieur Schmitt » de Sébastien Thiéry au théâtre de la Madeleine, avec Richard Berry. En Mars 2016 il crée en résidence au théâtre de Saint Malo « Tendresse à Quai » de et avec Henri Courseaux qui sera repris au studio Hébertot en septembre 2018.

Sa dernière mise en scène, « Fratelli » de Dorine Hollier, avec Henri Courseaux et Jean-Paul Farré, a remporté un large succès public et critique au dernier festival d’Avignon.

Il mène de front une carrière d’acteur, notamment dans les spectacles de Christophe Lidon sous la direction duquel il a créé notamment « Un Fil à La Patte » de Georges Feydeau aux côtés de Catherine Jacob, Dominique Pinon et Yvan Le Bolloc’h.

Parallèlement il continue sa recherche de vidéaste et signe de nombreuses scénographies numériques dont celle de « La Garçonnière » au Théâtre de Paris (spectacle nommé aux Molières 2017 pour la meilleure création visuelle) et tout dernièrement le dispositif vidéo de « Ramses II » au Théâtre des Bouffes Parisiens.