Jacques et son maître – Hommage à Denis Diderot

  • Jacques et son maître – Hommage à Denis Diderot

    Jacques et son maître – Hommage à Denis Diderot

    Bandeau Jacques et son maître
    Affiche à partir du 10 juin - 40x60 JACQUES ET SON MAÎTRE

    Variation du chef-d'œuvre de Diderot, écrite par Milan Kundera.
    Un maître exige de son valet qu’il lui conte son dépucelage dans les moindres détails, mais il ne peut s’empêcher d’y ajouter ses propres fantasmes. Histoires et anecdotes s’entremêlent laissant les personnages-narrateurs digresser à l’infini.

    Avec: Stéphane HILLEL, Nicolas BRIANCON, Lisa MARTINO, Pierre-Alain LELEU, Camille FAVRE-BULLE, Maxime LOMBARD, Philippe BEAUTIER, Elena TERENTEVA et Jana BITTNEROVA.
    Musiciens: Marek CZERNIAWSKI au violon et Boban MILOJEVIC à l'accordéon.

    Pièce de: Milan KUNDERA
    Mise en scène: Nicolas BRIANCON

    Décor: Pierre-Yves LEPRINCE
    Assistant décor: Bastien FORESTIER
    Costumes:
    Michel DUSSARAT
    Assistante costumes: Aimée BLANC
    Maquillage et perruques: Michèle BERNET
    Lumières:
    Jean-Pascal PRACHT
    Assistante à la mise en scène: Dorothée DEBLATON

    "Une pièce exceptionnelle d'intelligence" - Figaro magazine
    "Un enchantement" - Le Canard enchaîné
    "Cette pièce est un régal" - Le Point
    "Rythme échevelé de ce chef d'œuvre" - L'Obs
    "Superbe" - Point de vue
    "Un pur instant de bonheur" - JDD
    "Rythme excellent. Remarquable" - Le Quotidien du médecin
    "Une pièce génialissime: drôle, poétique, magique !" - RTL
    "Magnifiquement interprété par des comédiens exceptionnels" - France 3


    Réserver

    Depuis le 2 septembre 2021

    Soirées
    Mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi : 21h

    Matinée
    Dimanche: 15h

    Durée du spectacle: 1h45


    Tarifs

    (au guichet)

    Carré or: 54€
    1° catégorie : 46€
    2° catégorie:  36
    3° catégorie :  18€
    - de 26 ans: 10€

    Réservations par téléphone ou par internet: + 2€ de frais

    Port du masque + pass sanitaire bandeau site

    Jacques et son Maître n’est pas une adaptation ; c’est ma propre pièce, ma propre « variation sur Diderot »,ou bien, puisque conçue dans l’admiration, mon « hommage à Diderot ».
    Cette « variation-hommage » est une rencontre multiple : celle de deux écrivains, mais aussi celle de deux siècles. Et celle du roman et du théâtre. La forme d’une œuvre dramatique a toujours été beaucoup plus rigide et normative que celle du roman. Le théâtre n’a jamais eu son Laurence Sterne. J’ai donc écrit non seulement un « hommage à Diderot », mais aussi un « hommage au roman » en essayant de prêter à ma comédie cette liberté formelle que Diderot romancier a découverte et que Diderot-auteur de théâtre n’a jamais connue.
    Voilà la construction : sur l’assise fragile du voyage de Jacques et de son Maître reposent trois histoires d’amour : celle du Maître, celle de Jacques et celle de Mme de la Pommeraye. Tandis que les deux premières sont légèrement (la deuxième même très légèrement) liées au dénouement du voyage, la troisième qu’ occupe tout le deuxième acte, est du point de vue technique un pur et simple épisode (elle ne fait pas partie intégrante de l’action principale). C’est une transgression évidente de ce qu’on appelle les lois de la construction dramatique. Mais c’est justement là que j’ai vu mon pari : renoncer à l’unité stricte de l’action et créer la cohérence de l’ensemble par des moyens plus subtils: par la technique de la polyphonie (les trois histoires ne sont pas relatées successivement mais sont entremêlées), et par la technique des variations (les
    trois histoires sont en fait chacune la variation de l’autre). (Ainsi cette pièce qui est une « variation sur Diderot » est en même temps un « hommage à la technique des variations » de même que l’a été, sept ans plus tard, mon roman Le livre du rire et de l’oubli). 

    Milan KUNDERA - auteur

    ***

    Diderot, Kundera… L’intelligence et le plaisir. Le Bonheur à l’état pur. Bonheur d’un texte en état de grâce, qui nous enchante et nous rend plus heureux. Intelligence de deux pensées qui, à plusieurs siècles de distance, dialoguent, s’interrogent et s’amusent, dans une lisibilité absolue et nous fait croire à la vie.
    La liberté, le plaisir, le bonheur, la nostalgie, l’ivresse et le naufrage. Il y a tout cela dans Jacques.
    Tout ce qui est au cœur même de nos vies. Tout ce qui les traverse et les irradie.
    Cet hommage au Siècle des Lumières Français nous rappelle à quel point le théâtre peut être ce moment de plaisir et d’intelligence limpide qui le rend si précieux, et cet hymne à la liberté de vivre, de penser, d’agir…
    Il n’y a pas de meilleur antidote à l’offensive de la bêtise, de l’obscurantisme, de la « connerie » dirait Milan, qui se déverse sur nos vies en ce moment.
    Je voulais remonter cette pièce vingt ans après ma première version et partager cette aventure avec Stéphane Hillel mon ‘‘maître’’. Je voulais nous, et vous faire plaisir, du moins je l’espère, en replongeant dans ces aventures merveilleuses.
    C’est une belle et formidable pièce. Légère et profonde, vive et grave. Elle nous fait respirer un peu plus haut, un peu plus loin. C’est un rêve de théâtre ! C’est une leçon de vie.

    Nicolas BRIANCON - metteur en scène

    ***

    En 1972, le jeune metteur en scène français Georges Werler est allé voir Milan Kundera à Prague et a emporté en fraude à Paris le manuscrit de sa pièce Jacques et son Maître. Kundera l’a écrite après l’invasion russe, quand toute son œuvre , ancienne et future, a été gommée des lettres tchèques.
    C’est son vieil amour pour Jacques le Fataliste qui a inspiré ce « divertissement au temps de la peste », cette « variation sur Diderot », où l’imagination du grand écrivain du siècle des Lumières s’est jointe à la sienne.
    Le Diderot auquel on rend hommage ici ne coïncide pas tout à fait avec celui vénéré en France. Pour Kundera, il est avant tout le romancier ; un des plus originaux qu’a connu l’histoire ; la pièce n’a donc rien d’une leçon philosophique; elle est un vrai théâtre qui exalte le plaisir d’invention, l’humour et le rationalisme ludique de Diderot, elle célèbre son extraordinaire liberté formelle qui, selon Kundera, n’a plus jamais trouvé sa pareille dans l’évolution du roman mondial.
    C’est à l’époque où Prague a vécu sa « fin de l’Occident » que Kundera savoure cette éclatante liberté diderotienne comme on savoure des valeurs condamnées et qui sont sans avenir. C’ est pourquoi la gaieté de cet « hommage théâtral » est entourée d’une aura mélancolique inconnue au siècle des encyclopédistes.

    Gallimard - éditeur de Jacques et son Maître

    slider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider imageslider image

    La distribution

    Stéphane HILLEL

    Stéphane HILLEL

    Le Maître

    Camille FAVRE-BULLE

    Camille FAVRE-BULLE

    Justine et une fille de l'Auberge

    Jana BITTNEROVA

    Jana BITTNEROVA

    La mère

    Nicolas BRIANCON

    Nicolas BRIANCON

    Jacques

    Philippe BEAUTIER

    Philippe BEAUTIER

    Fils Bigre et Jean

    Marek CZERNIAWSKI

    Marek CZERNIAWSKI

    Violoniste

    Lisa MARTINO

    Lisa MARTINO

    L'Aubergiste

    Maxime LOMBARD

    Maxime LOMBARD

    Le Père Bigre et le mari de l'aubergiste

    Boban MILOJEVIC

    Boban MILOJEVIC

    Accordéoniste

    Pierre-Alain LELEU

    Pierre-Alain LELEU

    Saint Ouen et le Marquis

    Elena TERENTEVA

    Elena TERENTEVA

    Agathe et la fille

    L'équipe

    Milan KUNDERA

    Milan KUNDERA

    Auteur

    Michel DUSSARAT

    Michel DUSSARAT

    Costumier

    Dorothée DEBLATON

    Dorothée DEBLATON

    Assistante à la mise en scène

    Nicolas BRIANCON

    Nicolas BRIANCON

    Metteur en scène

    Aimée BLANC

    Aimée BLANC

    Assistante costumier

    Pierre-Yves LEPRINCE

    Pierre-Yves LEPRINCE

    Décorateur

    Michèle BERNET

    Michèle BERNET

    Maquillage et perruques

    Bastien FORESTIER

    Bastien FORESTIER

    Assistant décorateur

    Jean-Pascal PRACHT

    Jean-Pascal PRACHT

    Lumières